Nov 042011
 

Veille : Lire l’article

Comments:

  • Pour 79 dollars, Amazon propose un service de prêt de livres numériques, couplé à une offre de films en streaming pour son lecteur Kindle. Ce nouveau service contourne d’une certaine manière les offres déjà disponibles aux Etats-Unis via les bibliothèques, à travers des fournisseurs comme Overdrive ou 3M. Quel positionnement pour les bibliothèques dans l’accès au livre numérique si des systèmes de prêt se mettent en place directement entre des acteurs comme Amazon et les lecteurs ? – Calimaq S.I.Lex
  • En complément à ce lien, Ecrans a également publié un article à ce sujet : http://www.ecrans.fr/Et-Amazon-reinventa-la,13477.html

    Pour apporter des éléments de réponse à ton interrogation, on peut imaginer que les bibliothèques vont continuer à miser sur leur mission de diffusion et de médiation la plus ouverte de la culture. Même si la principale limite au système d’Amazon — pour moi la pauvreté de son catalogue (uniquement des ouvrages issus de la « New York Times Best Seller list ») — devrait prochainement être comblée, d’autres limites inhérentes à la politique de l’entreprise risquent de subsister. Je pense notamment aux contraintes logicielles (DRM) et matérielles qui limitent le téléchargement des e-books aux « véritables » Kindle (« les smartphones et tablettes pourvus d’une application de lecture Kindle sont exclus ») et interdisent d’emprunter plus d’un livre à la fois et pas plus d’un seul par mois.

    En dépit de ces limites, je trouve qu’une telle innovation rapproche considérablement les enjeux des bibliothécaires et ceux des libraires face au développement du livre numérique. Nul doute que les premiers vont devoir comme les seconds renforcer considérablement leurs pratiques de médiation culturelle (à combiner avec leur méd’num). – Desert de sel

Tags: iabd_livrenum

by: Calimaq S.I.Lex

 Posted by at 7 h 32 min

 Leave a Reply

(obligatoire)

(obligatoire)

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.